Rechercher

La boutique...part 3




La boutique ...part 3




Bonjour, bonjour;


j’espère que vous allez bien? Désolée d’avoir si peu écrit mais je ne vous ai pas oublié, je sors juste de ma grippe (et quand je suis malade je déprime… c’est inéluctable, je vous rassure ça n’arrive qu’une fois tous les 3 ans). Mes articles vont donc pouvoir retrouver leur ton plus joyeux et leur régularité, parce que, clairement après avoir relu l’article précédent, je l’ai trouvé un peu relou, c’était la grippe qui parlait j’imagine…


Du coup, pour en revenir vite fait à mon dernier article, je devais en principe vous parler du deuxième méchant mais je me suis un peu ravisée parce que je me suis rendue compte que déjà parler d’eux c’était hyper triste mais en plus ça faisait des articles ultras négatifs.

J’avoue que je suis tellement contente en ce moment (malgré ma précédente grippe) que faire des « piapiapia »

ça ne va pas avec mon mood du moment. J’ai donc décidé de faire un compromis (pour ne pas vous laisser sur votre faim quand même…) et d’en finir avec cette histoire une bonne fois pour toutes, en expliquant partiellement ce qui s'est passé…


Let’s go chassons les démons et retournons chez les bisounours…


Il faut savoir que lorsque l’on a un établissement référencé sur google on reçoit énormément de coups fil et mails en tous genres pour des demandes de stage, d’alternance etc.…

J’avais à cette époque beaucoup de demandes, certaines que j’ai acceptées et d’autres que j’ai refusées. Dans celles que j’ai acceptées, le tout premier stage c’est très mal passé (du moins au final) et m’a beaucoup atteinte. Je pense avec le recul que je n’étais peut-être pas prête à avoir quelqu’un avec moi tout en gardant la distance nécessaire.

Malgré les conseils de mes clientes habituelles me disant de me méfier, je continuais à croire en cette personne, ignorant les conseils extérieurs et le fait qu’aucune entreprise ne voulait la prendre en alternance. Nous sommes donc devenues très vite amies, certainement trop vite et je n’ai pas su fixer les barrières qui s'imposent dans ce genre de situation, jusqu’au jour où il y a eu le point de non-retour et je l’ai regretté…


L’issue comme vous l’imaginez n’a pas été très bonne,

nous avons longtemps été en conflit, sur « qui avait fait quoi », accompagné d'accusations (justifiées ou pas) venant des deux côtés. Nous avons donc fini par couper définitivement tout contact et chacune à continuer sa route de son côté.


Je me doute que vous êtes certainement un peu déçus de ne pas avoir de détails plus croustillants mais je suis tellement passée à autre chose (étant donné que je n’y avais plus pensé jusqu’à cet article) que ça ne ferait que remuer le couteau dans la plaie

et ça je ne fais PAS.


Quoi qu'il en soit, cette expérience m’a permis d’évoluer ; mon attitude avec les stagiaires qui ont suivi a été différente. Tout en étant proche d’elles (car cela fait partie de ma personnalité) je restais professionnelle en instaurant le vouvoiement et je faisais signer des contrats de confidentialité, ce que je n’avais pas fait auparavant…

(encore une fois non mais quel C…)

Je restais quand même attentive à leurs besoins et les aidais au maximum. Ce qui me permet aujourd’hui d’être fière de chacune d’entre elles et de leur parcours (qui sont exceptionnels soit dit en passant), deux d’entre elles restent les premières auxquelles je penserai lorsqu’il s’agira d’une éventuelle embauche dans le futur

(bisous à vous les filles Clara et Albanne…).

Alors je dis des stagiaires oui mais les bonnes !


Sur ce, je clôture cette page sur les méchants, certainement pas de la façon dont vous l’attendiez mais de la façon qui me paraît être la mieux et la moins chiante (parce que les méchants c’est chiant à lire un peu quand même… et croyez moi également à écrire).


Pour continuer sur ma lancée du « comment chaque modèle a été créé » c’est à cette même période que je crée le best-seller de la marque le « Chauve », inspiré par une cliente devenue une amie, Isabelle

(mon accro de sac préféré, bisous à toi Isa).

Ce sac a été un véritable tournant dans l’identité visuelle de la marque, de par son design et sa taille. Je n’avais jamais créé de sac de ce gabarit et je l’ai tout de suite aimé que dis-je aimé, adoré. C’était à mes yeux ma première vrai belle pièce et je ne m’étais pas trompée.

Je l’aimais tellement que lorsque je l’ai vendu à la personne qui sera en grande partie le déclencheur du succès de la boutique à Bayeux,

« ma Marie » @oihana2002, j’ai eu envie de pleurer.


Alors pour vous aidez à visualiser, en deux mots, Marie c’est ça : un style de fou, une confiance à toute épreuve, et en plus Basque (oui encore une … ils sont partout croyez-moi), en résumé la fille que tout le monde envie et dont tout le monde suit le style, c’est la Carrie Bradshow de Normandie (si vous ne connaissez pas Carry Bradshow de Sex&theCity c’est que vous êtes trop jeune pour lire ce blog… ou moi trop vieille pour en écrire un).


Donc, Marie entre dans la boutique et flashe littéralement sur ce sac que j’étais en train de fabriquer et finit par me dire

« appelez-moi dès qu’il est prêt ».

Du coup deux jours plus tard je l’appelle, ne pensant pas une seconde qu’elle allait l’acheter. Elle arrive 2 min après, montre en main, et au bout de 5 minutes et deux coups d’œil dans le miroir elle me dit

"je le prends", comme ça, en 5 minutes

(faut dire que j’avais plutôt l’habitude des clientes qui restent 1h30 en boutique pour choisir une couleur de doublure…).


Ma première réaction a été de me dire « noooooooonnnnnn, j’aurai bien aimé le garder plus de 5 mns moi Madame ce sac merci » (en fait c'est la première réaction que j’avais quasiment à chaque sac vendu).


Du coup elle part avec et je dois donc en refaire un autre pour l’exposer en boutique (sachant que je m’étais déjà bien galérée à faire le premier).

Marie est devenue très rapidement ma plus fidèle cliente et amie

(elle a tout de même 4 sacs, 1 pochette et 2 ceintures de la marque…

Non non elle n'aime pas du tout la maroquinerie… Love U ma Marie).


Et c’est là que grâce à elle (même si elle le niera) les ventes du Chauve ont commencé à s’enchainer. Je serais incapable de dire combien de fois j’ai réalisé ce modèle en l’espace de deux ans et sur combien de continents il est parti tellement je l’ai vendu.


Alors un énorme merci à vous les filles à toi ma belle Isa pour l’avoir si bien inspiré et à toi ma Marie pour le porter à la perfection

(Marie et Isa se sont des influenceuses qui s’ignorent).

Le Chauve c’est un peu de vous deux…


Voilà donc la petite histoire du Chauve …vous verrez au cours des articles que la création de chaque sac ne s’est jamais fait sur un coin de bureau à réfléchir seule devant une feuille blanche mais grâce à des instants de vie, à des coïncidences et surtout à des erreurs, comme quoi « sur un malentendu ça peut vraiment marcher »

(et là ce n'est pas à Léo que je pense… punaise, en l'espace de 5 articles je suis passée de Léo à Jean-Claude Dus).


Cet aparté sur le Chauve c’est ma façon à moi de vous répondre quand vous me posez LA question à mille points

"et comment tu fais pour créer ?" « qu’est-ce qui t’inspire? »

et bien en fait rien ça vient comme ça par des hasards de la vie, je laisse venir et j’essaie. (il m'est même arrivée d’avoir des idées en sortant des toilettes…) Si ça marche tant mieux sinon tant pis, je recommence et surtout je ne me force jamais,

(se forcer c’est la meilleure façon de faire de la m…).

Il suffit de croire en ce qu’on fait et en soi.


Sur ces bonnes paroles hautement philosophiques, je vais devoir vous laisser car… oulaaaaaaa l’article commence à être sacrément long et c’est ma mère qui corrige les fautes d’orthographe derrière moi, du coup vu que j’ai le droit au cours de grammaire et de conjugaison qui va avec, je vais m’arrêter là…


Je vous raconte la suite bientôt, (en principe samedi) promis.

Bisous, Bisous les gens









La petite galerie (2017) du soir... bonsoir


  • Le "Chauve"

  • Le "Marie" (créé spécialement pour @oihana2002)

  • Le "Oihanna" (créé spécialement pour @oihana2002)

  • Le "Julia"

  • Sur mesure (uniquement crée pour @oihana2002)



27 vues
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  • Pinterest
Declinaison-liaje.png

© 2023 by LIAJE. Designed by CM Brand Developer Proudly created with WIX