Rechercher

La Boutique...part 1

Mis à jour : févr. 14




La Boutique... part 1



Bonjour, bonjour tout le monde.


J’espère que vous allez bien en ce début de week-end.


Pour faire suite à l’article précédent, je venais donc d’avoir le feu vert de ma banque et pouvais enfin ouvrir ma boutique/atelier. Le principe était simple ; fabriquer les sacs sur place, devant les clientes et leur proposer du sur-mesure ou du semi sur-mesure, tout en continuant à fabriquer les modèles de la collection. Ce qui était super c’est que j’étais le seul type d’établissement dans la région à proposer ça. Le sur-mesure consistait à créer un modèle unique avec la cliente à partir de mes croquis et des exigence de la cliente, quand au semi sur-mesure elle devait choisir un modèle de la collection et pouvait changer la couleur, la taille etc…


En choisissant ce concept je ne réalisais pas du travail de titan que je m’apprêtais à devoir faire (car croyez-moi il est impossible de contenter tout le monde) et de la perte d’énergie et d’argent que cela allait engendrer. Parce que oui ici je parle d’un métier de passion mais lorsqu’on a une entreprise il faut aussi pouvoir générer des bénéfices, la passion ne suffit plus au bout d’un certain temps.


De mon côté je pensais naïvement, que, qui dit vente, dit argent , donc bénéfices (et bien je vous le donne en mille pas du tout…). Parce que malgré avoir calculé toutes les charges liées à un établissement, il y a toujours celles auxquelles on n’avait pas pensées.

(celles des "méchants" dont je vous parlerais plus tard)


Mais je n’en étais pas encore là… Pour l’instant ce qui prédominait c’était la joie, la joie de faire des travaux et de pouvoir décorer mon nouveau local à mon image, la joie d’avoir enfin tout ce que j’avais toujours voulu et de pouvoir enfin concrétiser mon idée.

Et surtout, surtout surtout voire mes modèles portés dans la rue (ouiiiiiii)


J’ai ouvert les portes de la boutique le 1er Juin 2017, (cette date restera à jamais gravée dans ma mémoire). C’est comme si j’avais donné naissance à un enfant, le sentiment est très similaire (je le sais j’en ai un… d’enfant).

Le premier jour a été très mitigé, j’étais tellement heureuse d’ouvrir mais en même temps, j’étais vraiment stressée. Ce jour-là j’ai eu zéro cliente, rien, nada, niet, mis à part les mamies et les commères de Bayeux (et Dieu seul sais qu’il y en a) qui venaient me voir en disant :

« mais qu’est ce que c’est ça ? » ( là je fais les voix dans ma tête…),

bref je suis sortie de cette journée et j’ai appelé maman en pleurant

(pour changer).


Mis à part ce premier jour, le premier mois a été vraiment très bon j’ai vendu 14 sacs et en ai pris 6 en commande, ce qui pour une ouverture était vraiment bien. J’étais tellement contente que j’en parlais à tout le monde c’était plus fort que moi ça sortait de ma bouche tout seul.

(c’était du word vomit comme dirait Lindsay Lohan dans « Mean girls »).


Donc ce premier mois se passe sans encombre, je travaille (beaucoup), mes clientes sont contentes, mais je me rends rapidement compte que chaque sac me prend un temps fou (je vous rappelle que je travaille à la main, le moindre sac demande entre 20h et 24h de fabrication) et je n’ose pas encore pratiquer de vrais prix, c’est-à-dire qu’à l’époque mes modèles se situaient entre 65 et 250 euros mis à part le « Week-End Bag » qui se situait aux alentours de 450 euros.


Je me dois de faire une petite aparté concernant le Week-End Bag, ce sac a été créé à la base sur-mesure pour un client lorsque je travaillais au restaurant. Celui-ci après avoir validé les croquis me l’a commandé pour un prix de 350 euros ( j’avais vraiment un problème avec les prix… sachant que le Week-End Bag réclame 1 semaine de fabrication). Le jour où nous devions nous retrouver pour qu’il le paye, il n’est jamais venu, doudou m’a alors convaincue de le faire quand même. Je l’ai fait mais m’étant bloquée tous les nerfs du bras gauche , doudou a dû participer à sa fabrication vu qu’il me manquait un bras.

( plus jamais… vous m’entendez, plus jamais il ne touchera à la découpe d’un sac, tout comme moi qui suis une piètre cuisinière, il est un piètre maroquinier).

Ce sac est resté 2 ans dans ma boutique en vitrine en tant que prototype, j’ai refusé de le vendre en l’état des dizaines de fois. Aujourd’hui je ne compte même plus le nombre de fois où je l’ai eu en commande (et pas à 350 euros!!!!). Alors merci monsieur de n’avoir jamais eu la politesse de répondre à mes coups de fil et de ne l’avoir jamais payé. Gâce à vous (et à Doudou quand même… ), j’ai créé une de mes plus belles pièces.


C’était donc la petite histoire du week-end bag…

(Chaque sac en a une que je vous dispatcherai au fil des articles)


J’en reviens à ma boutique… j’étais super contente, les premiers mois s’étaient bien passés, j’étais passionnée par ce que je faisais, je réalisais des ventes, tout allait bien dans le meilleur des mondes…et là,comme dans chaque histoire, c’est toujours à ce moment-là du film que

les MECHANTS arrivent…. (Tadadadam…).

Bon y’en a pas 15 mais y’en a quand même.


Et pour faire durer un peu le suspense je me dois de vous raconter l’histoire des « Méchants » dans mon prochain article.

On m'a aussi fait remarquer que si mes articles continuaient à être si long je n'aurais bientôt plus rien à raconter alors je coupe...

(en plus je dois retourner travailler à mes balises, hahaha trop fière)



Bisous, bisous les gens.


A mercredi même heure même endroit.













La galerie



  • La boutique extérieur/intérieur

  • Les premiers modèles de la boutique

  • Le sac de voyage (prototype)





57 vues
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  • Pinterest
Declinaison-liaje.png

© 2023 by LIAJE. Designed by CM Brand Developer Proudly created with WIX