Rechercher

First step...





First step...


Hello Hello les gens,

Me revoilààààà !

Je sais, je sais, ça fait bien longtemps que je n’ai pas écrit et je vous avais promis la suite de mon histoire Lyonnaise ou plutôt l’histoire Lyonnaise de Liaje. Il est vrai qu’avec la situation actuelle, j’ai dû réorganiser ma vie et mon emploi du temps, et je n’avais pas encore trouvé de créneau disponible pour le blog. C’est chose faite…

Je reviens sur mon précédent article et sur le coup de fil passé au Village des Créateurs (étant donné que j’avais loupé leur appel…) afin de savoir si je faisais partie des finalistes pour cette édition de Talents de Mode 2019.

Je vous remets en situation : mains moites, tremblements, envie de faire pipi, etc…

( stressée… moi ? ).

Et là, elle m’annonce que Liaje fait partie des 13 marques retenues pour la finale du 6 juin 2019. Après le YAAAAAAAAYYYY et la danse de la joie qui va avec, je réalise que nous étions le 15 mai et qu’il me restait moins de 3 semaines pour préparer mon pitch de présentation, plus mon passage en commission au VDC qui aurait lieu 2 jours avant la finale (oui pour rappel, je faisais aussi une demande de résidence au village), tout en continuant de fabriquer mes commandes (car les clientes n’attendent pas ) et accessoirement de m’occuper d’Arthur, de Doudou et des chats.

Trois semaines intenses passent, et me voilà qui débarque le 3 Juin à Lyon, une ville que je ne connais pas, mais genre pas du tout. Du coup, le lendemain je réserve mon Uber 1 heure à l’avance pour être sûre de ne pas arriver en retard. Je me dis Uber c’est plus sûr que le métro vu que je ne connais pas Lyon (mes fesses oui …. ). Cinq minutes avant l’heure prévue, je vois sur l’application « votre Uber sera là dans 2 minutes » « super, je vais être en avance » (comme si je ne savais pas que ce genre de choses ne m’arrive jamais…). Je descends, j’attends 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes (et là, j’ai très très envie de faire pipi…. le stress). J’appelle le chauffeur, il me dit : « Ah mais non Madame, là, je suis à l’autre bout de Lyon »…

Whattttttt ???? .

Du coup, je pleure, le supplie au téléphone et finis par lui dire de laisser tomber…


Me voilà donc partie, courant avec mes 5 sacs sur le dos pour attraper un taxi à la gare Perrache. Arrivée là-bas, pas de taxi, mais un mooooonde fou qui attend…

(OOOH put !….).

Un taxi arrive, je me jette dessus, un Monsieur me dit « Ah non non c’est le mien» et là, je fais quoi …… bin... je pleure (oui, rappelez-vous que je pleure beaucoup), je bégaie, je le supplie… Du coup, il me le laisse (un énorme merci à vous inconnu du Taxi).

Je rentre enfin dans le taxi et lui dit « Je vais Lyon 1er, Croix Paquet, je dois y être dans 10 min » et il me répond « impossible, mais je vais faire ce que je peux »… Et bien vous savez quoi il a réussi. J’y suis arrivée 2 minutes avant mon passage (oufffff…).

Arrivée au bureau, j’attends mon tour tout en discutant avec d’autres créateurs qui, eux aussi, étaient convoqués. Mon tour arrive (j’avais tellement mal au ventre, vous n’avez pas idée, je le revis là maintenant en écrivant). Je présente mon projet, ma marque, ma vie, mes tripes devant ce jury… mais impossible de les regarder, je réponds aux questions en bégayant, je ne suis plus sûre de rien (mais qu’est-ce que je suis mauvaise, même moi je ne me serais pas retenue). Le passage devant le jury se termine et la seule chose qui me rassure c’est que l’un des jury a adoré le WK Baaag. Avant de partir, la directrice me dit que puisque je participe à Talent de mode elle ne me donnerait leur décision qu’après le résultat du concours, le gagnant étant d’office résident

(non, non, pas du tout de double stress pour moi…).

Je retourne donc à mon rbn’b (en métro cette fois-ci…) un peu dépitée, mais bon, je me dis que la bonne nouvelle c'est que…non, en fait, à ce moment-là, y’a pas de bonne nouvelle, j’ai juste faim et sommeil. Bref, demain ça ira mieux.

Le lendemain, je vais préparer mon corner pour le jour de la finale et vais ensuite chercher Laureline (ma meilleure amie enceinte de 3 mois) à la gare qui était venue spécialement de Marseille pour me soutenir. On fait un peu les boutiques, j’étais tellement dépitée qu’elle a eu pitié et m’a acheté une veste chez Zara…. (la meilleure je vous le dis), puis on mange un bout, j’essaie de me détendre mais rien n’y fait. Le lendemain à 11h, je dois faire un pitch de 5 minutes pour présenter la marque devant un jury de 13 personnes essentiellement constitué de personnes du milieu de la mode, sauf que je n’en ai jamais fait de pitch à part devant mon I phone en m’y reprenant à 15 fois avant d’arriver à un résultat potable.

J’arrive donc le lendemain à 10h30, en n’ayant ni réussi à dormir, ni à préparer mon pitch car je voulais être naturel (non mais non… même naturel, il faut préparer quelque chose, Céline !). Le stress monte de plus en plus. A 11h15 je passe et là, la même chose que deux jours auparavant, impossible de les regarder, de répondre aux questions ou même d’expliquer le concept de ma marque. La seule chose qui pouvait me sauver, c’était, mes produits. Bref je me suis littéralement plantée et je le sais…

La soirée organisée pour l’annonce des résultats arrive. Ça se passe plus que bien. Toutes mes cartes de visites partent, les personnes invités pour la remise des prix me félicitent et me demandent si j’ai une boutique à Lyon. Laureline fait office de commerciale sur le corner de la marque. Bref, ça se passe plutôt bien, les modèles plaisent, je récupère des contacts et c’est ce que je voulais mais pas que…

Les résultats arrivent et là, gros mal de ventre, mains moites etc… Je vous passe les détails…

Tout ça pour dire que la marque n’a pas été sélectionnée ce soir-là.

Je m’y attendais vu mon pitch du matin.

J’étais évidemment déçue, surtout que je n’avais pas eu la réponse de la commission pour ma demande de résidence. En fait, j’étais plus que déçue. Quand nous sommes sorties de la soirée, j’ai pleuré, et puis j’ai encore pleuré. Je voulais tout arrêter (autant dire que j’ai dû penser à tout arrêter au moins une bonne centaine de fois depuis les débuts de la marque), Laureline m’a disputée fort fort fort ( elle me dispute fort depuis presque 20 ans...)

, j’ai pensé à Léo (comme d’hab) et c’est passé.

J’entends d’ici vos OOOOOOOHHHHH la pauvre.

Vous êtes mignon…

Mais vous imaginez bien que tout ça ne s’est pas arrêté là vu que je suis à Lyon aujourd’hui.

« everything happen for a reason ».

Je vous raconterai la suite dans mon prochain article, qui, promis promis, sera bientôt.


Je vous fais des bisous les gens.









- Ma petite Galerie ... ça fera 1an le 6 Juin.

-Tellement fière de l'évolution de la marque en si peu de temps... un grand merci à eux.






25 vues
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  • Pinterest
Declinaison-liaje.png

© 2023 by LIAJE. Designed by CM Brand Developer Proudly created with WIX