Rechercher

Everything happen for a reason...part2




Everything happen for a reason... part 2


Hello les gens


Comme promis je fais un break dans la fabrication de mes masques pour vous raconter la suite de mon périple Lyonnais

j’espère que vous allez bien et surtout que vous prenez bien soin de vous et des autres .


Comme je vous le disais, je venais de recevoir le dossier à remplir pour le concours

« talent de mode », mais pas que. J’avais également fait une demande de résidence au

« village des créateurs » et je devais aussi remplir un dossier concernant cette demande.


Pendant 3 jours, j’ai retravaillé tous les points qui m’étaient demandés, du concept en passant par la réalisation du catalogue et du dossier de presse, tout ce qui aurait dû être fait lors de la création de la marque, bien avant même de réaliser des modèles.


Petite parenthèse, j’aurais pu aisément abandonner étant donné le temps imparti et la sacrée épine marketing que je me trimbalais. Mais malgré un gros manque de confiance en moi, j’ai une volonté de fer et quand j’ai décidé quelque chose je ne lâche jamais rien. Il faut savoir qu’entre-temps, je m’étais renseignée auprès de beaucoup d'ateliers de confection FRANÇAIS pour faire fabriquer mes modèles et m’étais pris une bonne vingtaine de portes avec des phrases du genre: « Non mais vous êtes qui… ? »

« Ce n'est pas rentable ce que vous faites »,

« C’est impossible, vous ne prenez pas assez de quantité… »

« Nous, on sous-traite pour L… V… et H… »

et tous ça devant les yeux de ma stagiaire de l'époque (qui avait 19 ans...).

Du coup, la confiance n’était clairement pas au rendez-vous mais je ne lâchais pas mon idée de faire fabriquer en France.


Donc, pendant ces trois jours j’ai lâché mes sacs (enfin…) et j’ai travaillé jours et nuits pour pouvoir rendre ce dossier à temps et surtout pour qu’il soit suffisamment complet et professionnel et qu’il puisse être retenu par le pré jury.

Au-delà de juste remplir un dossier j’ai dû réfléchir à l’image que je voulais que la marque renvoie, à la vision de la maroquinerie que j’avais et à celle que je souhaitais pour Liaje.


J’ai dû définir une clientèle cible, ce qui s’est avéré difficile à réaliser car avec la boutique, j’avais déjà une clientèle mais une clientèle très éclectique, allant de la Parisienne trentenaire cadre, en passant par l’étudiante de 20 ans et la retraitée de 65 ans. J’avais de tout, car je proposais tellement de modèles différents qu’ils convenaient à tout type de clientèle.

Alors ! vous allez me dire « super » mais non en fait. J’avais beaucoup de mal à contrôler ma créativité, donc je créais trop, donc un peu dans tous les sens et cela ne permettait pas à la marque d’avoir une identité et un style concret.

Toutes ces choses indispensables auxquelles je n’avais pas pensé ou que j’avais toujours fait en sorte de mettre au second plan car je n’avais pas le temps ;

et bien là, on me demandait de le prendre…le temps. Je n’avais plus le choix, on m’avait mis le nez dedans, la seule chose que j’avais, c’était les produits (au moins ça…).

Au bout de ces trois jours intenses en stress et en émotion où je n’ai pas touché à un morceau de cuir (1ère fois en 2 ans…), j’ai réussi à envoyer le colis à 1 minute de l’heure de ramassage de Chronopost. Quand je dis 1 minute je ne suis pas marseillaise, c’était vraiment 1 minute car je me suis rendue compte après coup que j’avais oublié de signer le règlement du concours et j’ai dû retourner à la poste ouvrir le colis et signer le règlement avant qu’il ne parte.Je précise que pendant ces trois jours difficiles mais nécessaires, Doudou a pris une grande part dans tout ça. Il s’est occupé d’Arthur (qui n’avait que 4 mois), des chats jolis et de tout ce qui concerne la maison tout en me supportant

(croyez-moi, cette dernière partie est certainement la plus difficile).


Bref, j’avais réussi à envoyer mon colis avec le dossier d’inscription et les produits, le 19 avril pour que celui-ci arrive le 20. Mais le hic (parce qu'il y en a toujours un…) c’est qu’il était fort probable qu’il n’arrive pas le lendemain parce qu’avec la poste, on ne sait jamais

(ce n'est pas une critique… c’est la dame de la poste qui l’a dit).

Et s'il n’arrivait pas le 20 ! C’était mort les 21 et 22 étant fériés.

Pour plus de sûreté et certainement parce que je suis une grande paranoïaque, je leur avais en plus envoyé le dossier par we transfert, au cas où. Du coup, j’ai scruté mes mails toutes les 5 mins jusqu’aux 23, où j’ai enfin reçu confirmation que ma candidature était prise en compte (Yaaaayyyyy). Il ne restait plus qu’à attendre 2 semaines la réponse du pré jury pour savoir si Liaje ferait partie des finalistes ou pas.


Quoi qu’il en soit, ces trois jours m’ont permis de réaliser que je souhaitais vraiment passer par des ateliers de confection pour la fabrication, et surtout que je devais arrêter

le sur-mesure qui m’épuisait mentalement et physiquement.

Du coup, ça me laisserait le temps de me concentrer sur l’évolution de Liaje en tant que marque et non pas sur moi en tant qu’artisan-commerçant.

Mais, (comme vous l’aviez compris…) entre le moment où ça se passe dans ma tête et le moment où je le concrétise, et bien ça prend du temps

(même si mon côté bisounours me fait toujours croire que ça va aller vite)

mais ça c’est une autre histoire…


Bref, pendant cette période de réflexion et de plan sur la comète, deux semaines passent, et un jour, je vois un appel manqué en commençant par 0478… « punaise c’est eux »,

je n'avais pas vu j’étais en train de discuter avec une copine qui passait me voir à la boutique. Je me dis « je vais rappeler » et là je vois l’heure 13h00

(ils sont fermés entre 13h00 et 14h00).

J’essaye quand même, pas de réponse,

je vais donc devoir attendre une heure de plus avant d’avoir ma réponse.


À 14H01 je rappelle,

(je commence à légèrement stresser … mains moites et tout ce qui va avec…)

On répond... "Village des créateurs bonjour"

(encore plus les mains moites... plus stressé que moi tu meurs)

Je tombe sur une jeune femme,

je me présente , j'explique la raison de mon appelle,(tout en bégayant)

la jeune femme me répond

"oui oui Céline bonjour, c'est moi qui vous est appelé"

et là elle m’annonce que….


Et je vais être mauvaise mais je vais m’arrêter là pour aujourd’hui je vous raconterai la suite dans mon prochain article, que j'aurais clairement le temps d'écrire pendants ces deux prochaines semaines.


Stay tuned et surtout restez chez vous bien au chaud



Bisous Bisous









Galerie :


Voilà une partie des modèles que j'ai présenté au concours:





27 vues
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  • Pinterest
Declinaison-liaje.png

© 2023 by LIAJE. Designed by CM Brand Developer Proudly created with WIX