Rechercher

Everything happen for a reason...


Everything happen for a reason...


Hello tout le monde;


Comment allez-vous ?

J’espère que votre week-end s’est bien passé et

que le début de semaine n’a pas été trop dur.


Suite à mon dernier article vous avez tous compris que j’étais devenue (un peu par hasard) maman, (une mum entrepreneur comme on dirait sur les réseaux) et nous avions pris à ce moment-là une grande décision, quitter la Normandie et tout recommencer ailleurs

(moi ? besoin de bouger tout le temps ? non… pas le moins du monde).


Un petit retour en arrière s’impose tout de même pour que vous sachiez d'où est partie notre décision de quitter la Normandie. Deux mois avant la fin de ma grossesse, lors d'une discussion banale on s’est dit avec Doudou qu’on avait envie de bouger. J’avoue être un peu le déclencheur de cette idée (encore une … d’idée) car la vie à la campagne commençait sérieusement à me peser et par conséquent peser sur nous et sur la marque

(ou peut-être que c’était les hormones qui parlaient… va savoir).

Il faut dire que c’était à l’époque des « gilets jaunes », alors sans donner d’avis politique ou quoi que soit… ( je ne suis pas là pour ça) nous avons tous beaucoup souffert de cette crise, quand je dis nous je parle des commerçants, je vous passe les détails du chiffre d’affaires qui baisse en pleine période de fêtes, on l’a tous vu aux infos,

bref je voulais quitter la France.


Nous avons commencé à faire des recherches avec Doudou pour partir dans un pays scandinave, Pays-Bas, Suède, Finlande, etc.…

Et puis google nous propose le Luxembourg, ayant pour ma part eu des clients Luxembourgeois et après quelques recherches notre choix s'est arrêté sur ce pays.

La vie y est saine, propre et je pouvais facilement développer la marque là-bas.

Nous nous sommes donnés un an pour partir le temps de tout mettre en ordre

et d’attendre la naissance d’Arthur.


On était donc fixé sur le Luxembourg, et puis lors d’une conversation avec les parents de Doudou, on leur annonce que l’on souhaite partir de Normandie

(25 décembre … Joyeux Noël, beau papa et belle maman…)

mais sans leur dire où (je ne tenais pas à assassiner ma belle-mère en lui disant que j’embarquais son fils à l’étranger… même si le Luxembourg c’est pas le Pérou non plus!)

et du coup lors de la discussion en citant plusieurs villes, Doudou dit:

"Moi j’adore Lyon, pour mon boulot ça serait top"

(Il est chef de cuisine … Ah ! je vous l’avais pas dit peut-être !),

" la montagne n’est pas loin et je pourrais aller skier"

(il adore skier je vous rappelle qu’on s’est rencontré à Méribel).


Il avait lancé l’idée… pourquoi pas, pour une fois j’avais envie de lui faire plaisir en allant dans une ville pour lui et pas pour moi ou pour la marque.

Et là éclair de génie, je me souviens de ce coup de fil passé lorsque j’étais chez ma mère à Lyon il y a 6 ans au « village des créateurs », je me dis que ça pourrait être une superbe opportunité (je ne savais pas encore à quel point ça changerait tout).


Donc je rentre un soir et dit à Doudou « si tu veux je présente le « village des créateurs » à Lyon si ça marche on y va, sinon on va au Luxembourg », Du coup il accepte, plusieurs mois passent, j’accouche d’Arthur on réapprend à vivre cette fois-ci à 5 (avec mes chats jolis), je reprends le travail un mois après avoir accouché et la vie continue comme d’hab.

Mais cette idée de Lyon ne me quittait plus (je suis sure qu’à chaque fois que je parle d’idée, vous pensez à Léo vous aussi…), quatre mois passent et un matin d’avril, le 17 Avril de l’année dernière très précisément (c’est un détail important pour la suite), la boutique était calme, alors je décide enfin d’appeler le « village des créateurs » à nouveau.

Je me souvenais de la première fois où j’avais appelé, la conversation avait été plutôt rapide car rien n’était encore fait, je n’avais qu’une idée de marque rien de plus, du coup je me dis ça va pas durer très longtemps. Je retombe sur le même jeune homme que 6 ans auparavant, et fait incroyable il se souvenait de moi…


Il commence à me poser beaucoup de questions sur la marque:

Quel est le concept? La vision ? Le plan de commercialisation ? etc.…

( il faut savoir que tous ces mots c’était du chinois pour moi),

je réponds tant bien que mal car toutes ces choses je n’y avais jamais vraiment réfléchi.

Je pensais toujours naïvement que le produit suffisait et puis je n’avais pas le temps de réfléchir à tout ça (grave erreur) j’avais constamment la tête dans mes sacs,

en fait j’avais trop la tête dans mes sacs ce qui m’empêchait de voir tout le travail qui était nécessaire de faire autour de la marque. C’est à cette même époque que le besoin de faire appel à des ateliers de confection FRANCAIS pour faire fabriquer mes modèles et me dégager plus de temps pour m’occuper de la marque s’est fait sentir.


Bref, après une longue conversation il me dit : "pourquoi ne participeriez-vous pas à

« Talents de modes 2019 »? " tout en me précisant que la dead line était le 23 Avril

(je vous rappelle pour info que nous étions le 17 Avril)

il ne me restait que 6 jours auxquels il fallait enlever

les deux jours de Pâques et les délais de livraison

(p…. de jours fériés… la poste ne bosse pas ces deux jours-là).

Je commence d’abord par bégayer… et je dis:

« mais, mais je n’aurais pas le temps de tout mettre en place etc.… »

(et puis moi en fait j’appelais juste pour avoir des renseignements concernant la résidence ou l’adhésion au village), au fond de moi je pensais comme toujours que je n’étais pas à la hauteur, (et revoilà mon amie « manque de confiance » qui débarque à nouveau).

Je finis par me dire pourquoi pas ? (je n’avais toujours pas vu le dossier d’inscription à remplir… hahaha) tout en étant persuadée que de toute façon je ne pourrais pas y participer car ils me demandaient un papier administratif concernant la date de création de mon entreprise que j’étais persuadée de ne pas avoir.

Et là… en fouillant dans mes papiers je trouve directement ce fameux document…

je n’ai même pas eu besoin de chercher, si ça c'est pas un signe...

(je crois beaucoup aux signes… rien n’arrive jamais par hasard).

Je l’envoie donc à la jeune femme qui s’occupe du concours et qui s’est occupée de ma candidature avec une extrême bienveillance, elle me dit qu’elle le fait parvenir à l’huissier et qu’elle me tient informée rapidement concernant mon éligibilité


Elle me recontacte une heure après et me confirme que je peux participer au concours et m’envoie le dossier de candidature dans la foulée.

OOOOOOHHHH mama !!!!! quand je le reçois je réalise que je dois tout revoir… enfin revoir, non tout faire car jamais je n’avais pensé au concept de la marque, à la clientèle cible, à ce qui la différencie des autres ou même à faire un pitch de présentation

(d’ailleurs c’est quoi un pitch… ?).

Bref j’étais bien dans le caca (oui faut bien le dire le caca) et il ne me restait que 3 jours…


AAAAAh vous aimeriez bien que je vous raconte la suite là maintenant…

et bien non je vais faire durer un peu le suspense


Ne me détestez pas… moi je vous fais des bisous les gens



Bisous, Bisous







Galerie :


  • je vous mets juste le Mood board réalisé pour le concours, car je ne ressens clairement pas le besoin de vous mettre des photos de moi entrain de bosser avec des valises de 3 jours. Même si c'est ce qui est le plus représentatif de cette époque






24 vues
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  • Pinterest
Declinaison-liaje.png

© 2023 by LIAJE. Designed by CM Brand Developer Proudly created with WIX